elle paul verhoeven

Elle de Paul Verhoeven, Ambigüité au Festival de Cannes

elle paul verhoeven

Isabelle Huppert © 2015 Guy Ferrandis / SBS Productions

Elle de Paul Verhoeven, porté par une incroyable Isabelle Huppert, flirte avec l’amoralité, l’ambigüité et la sexualité, dans un thriller psychologique noir.

Elle de Paul Verhoeven, c’est Michèle, qui dirige une société d’édition de jeux vidéos violents et sexy. Elle, elle est déconnectée de ses émotions, rien ne semble l’atteindre. Elle, elle sait où elle va en affaires, mais sa vie sentimentale est misérable. Un jour, elle est violée sauvagement chez elle. Elle, elle s’engage dans un jeu ambigu, qui va pourtant la mener à la rédemption.

elle paul verhoeven

Isabelle Huppert & Arthur Mazet © 2015 Guy Ferrandis / SBS Productions

Un homme cagoulé fait irruption

Avec son amie Anna (Anne Consigny), Michèle Leblanc (Isabelle Huppert) est à la tête d’une société de jeux vidéo prospère qui édite des jeux vidéo mêlant monstres, violence et sexe. Elle habite une villa dans quartier résidentiel et un jour, un homme masqué fait irruption par le jardin et la frappe avant de l’agresser sexuellement. Michèle semble prendre la chose avec distance et ne prévient pas la police, mais achète des objets d’autodéfense.
Entretemps, son fils immature Vincent (Jonas Bloquet), sous la coupe d’une petite peste, Josie (Alice Isaaz), aura une surprise lors de la naissance de son enfant.  L’ex-mari de Michèle, Richard (Charles Berling) vit une relation avec une femme jeune Hélène (Vimala Pons), et sa mère, Irène (Judith Magre) refuse de vieillir et envisage de se marier avec un homme jeune, Ralf (Raphaël Lenglet). Robert (Christian Berkel), le mari d’Anna profite d’elle grossièrement, la considérant comme une fleur fanée.

elle paul verhoeven

© 2015 Guy Ferrandis / SBS Productions

Harcelée par le violeur

Elle de Paul Verhoeven, c’est cette galerie de personnages plus ou moins caractériels, qui vont virevolter autour du fil conducteur de ce thriller psychologique: la traque par Michèle de ce violeur qui la harcèle en lui envoyant un SMS ou en laissant un autre genre de message dans sa chambre. Est-il à l’origine de la parodie du jeu vidéo Kronos où elle est abusée par un monstre?
Progressivement, Paul Verhoeven laisse apparaître une vérité épouvantable: le père de Michèle est en prison à vie pour avoir tué 27 personnes (et 6 chiens!). A la suite de cette tuerie, il a entraîné la petite Michèle de dix ans dans un feu de joie insensé, réduisant en cendres son enfance. Peu après, Michèle est victime d’une autre agression, au cours duquel apparaît l’identité du violeur, avec qui elle s’engage dans un jeu sexuel et masochiste ambigu…

elle paul verhoeven

Laurent Lafitte & Isabelle Huppert © 2015 Guy Ferrandis / SBS Productions

Une forme de rédemption

Elle de Paul Verhoeven n’atteindrait pas sa puissance sans Isabelle Huppert qui interprète à merveille un personnage féminin perturbé, mais fort et cynique, pour qui “la honte n’est pas un sentiment assez fort pour empêcher commettre quoi que ce soit”, et qui a de nombreuses réparties pleines d’humour.
Le jeu masochiste qui s’établit entre Elle et le violeur peut trouver son origine dans le traumatisme du crime de son père, qui a faussé ses rapports avec les hommes. Doivent-ils être des monstres pour la rassurer?
La mort d’un premier monstre la met-elle sur la voie de la délivrance, la poussant à devenir bourreau? On pourrait croire qu’elle provoque la mort de sa mère sur son lit d’hôpital, ainsi que celle de son père, qui se suicide à l’annonce de sa visite en prison, pour lui cracher son mépris.
Provoquée consciemment ou non, la mort des parents de Michèle lui apporte une forme de rédemption. Même Rebecca (Virginie Efira), sa voisine bigote, femme de Patrick (Laurent Laffitte) lui rend grâce.
La réalisation de Verhoeven n’impose rien et le spectateur se fera sa propre idée de ce personnage riche et complexe de femme qui refuse d’être victime de son destin.

elle paul verhoeven

Paul Verhoeven & Isabelle Huppert © 2015 Guy Ferrandis / SBS Productions

Vingt-quatre ans après le célébrissime Basic Instinct qui a consacré Sharon Stone, le réalisateur Hollandais de Robocop, Total Recall, Starship Troopers et Hollow Man, revient en compétition avec une adaptation du roman Oh… de Philippe Djian (Gallimard – prix Interallié 2012), sur un scénario de l’Américain David Birke.

elle paul verhoeven

© 2015 Guy Ferrandis / SBS Productions

Elle de Paul Verhoeven
En Compétition – 2h10

www.festival-cannes.com

Cliquer pour agrandir – ©YesICannes.com – Tous droits réservés

Please share with your friends - Sharing is caring

Elle de Paul Verhoeven, Ambigüité au Festival de Cannes was last modified: May 22nd, 2016 by tamel

Leave a Comment