nice jazz festival 2017

Nice Jazz Festival, Tout Pour la Musique

©Ville de Nice

nice jazz festival 2017Le Nice Jazz Festival est de retour sur le devant de la scène plus fort que jamais avec une programmation musicale riche et diversifiée et un parrain d’exception: Herbie Hancock.

Le Nice Jazz Festival, appelé à l’origine le Festival du Jazz, a été organisé à Nice une première fois en 1948, puis tous les ans depuis 1971. Il y a six ans, la Ville de Nice a repris l’organisation du Festival au cœur de la Place Masséna. L’édition 2015 fut annulée suite à l’attentat meurtrier perpétré par un islamiste qui a lancé un camion dans la foule; 86 victimes endeuillèrent à tout jamais la célèbre Promenade des Anglais.
Après le vibrant hommage rendu aux victimes de cet horrible carnage par des chefs d’états et personnalités venus du monde entier, le Nice Jazz Festival a resplendit à nouveau du 17 au 21 Juillet 2017. Cinq soirs de suite, 31 groupes se sont partagé 6 plateaux sur 2 scènes en simultané. La programmation de la sixième édition a entrainé une hausse de fréquentation par apport à  2015.

nice jazz festival 2017

©Ville de Nice

Une programmation festive et innovante

Avec des conditions de sécurité renforcé, un nouvel aménagement scénique, des partenariats audacieux comme celui avec les Auto Bleues et la participation des artistes de la ville du tramway au Village des Antiquaires, une programmation festive et innovante avec Herbie Hancock, le parrain de l’édition, IAM, Mary J. Blige, Ibrahim Maalouf, LamomaliL’aventure Malienne de -M-, De La Soul, Kamasi Washington, Roberto Fonsaca, Chinese Man, Cory Henry, Trombone Shorty, Youn Sun Nah, Deluxe, Laura Mvula, Tony Allen, Myles Sanko
Ce sont plus de 43 000 aficionados de musique qui sont venus réveiller le Nice Jazz Festival, en se déhanchant passionnément sur les rythmes jazzzy des concerts live. Pendant cinq soirées consécutives, les spectateurs avaient le choix  entre les concerts de l’esplanade du Théâtre de Verdure ou la pelouse de la Scène Masséna.
Le 20 juillet, la musique a fait également place à l’émotion lorsque l’Espace Guillaume Bertolino, appelé du nom du journaliste de Nice Matin disparu il y a quelques mois à l’age de 41 ans, a été inauguré en présence de Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de sa famille, de ses proches et de ses collègues journalistes.

nice jazz festival 2017

©Ville de Nice

nice jazz festival 2017

Herbie Hancock ©Ville de Nice

Herbie Hancock parrain de l’édition 2017

Le parrain de l’édition 2017, Herbie Hancock, pianiste et ambassadeur de bonne volonté auprès de l’Unesco, fut la première grande vedette à monter sur la Scène Masséna, le lundi 17 juillet, jour de l’ouverture du Nice Jazz Festival. Le nom de l’artiste fut ovationné et scandé lors de son entrée dans l’arène musicale vers 23 heures. Avant lui, le tromboniste Shorty & Orléans Avenue, l’ambassadeur irrésistible de la Nouvelle Orléans, avait démarré la soirée en trombe en faisant résonner son énergie décoiffante dans un show passionné.

 

 

 

 

nice jazz festival 2017

De La Soul ©Ville de Nice

Le groupe de hip hop américain De La Soul électrisa ensuite le public avec sa musique teintée de hip hop, funck et jazz. Pendant ce temps, à quelques pas de la promenade des Anglais, au théâtre de verdure, d’autres artistes se produisaient comme la fraîche chanteuse Becca Stevens, compositrice et guitariste américaine (que l’on compare déjà à Joni Mitchell), le groupe exclusivement féminin, Woman to Woman: sept musiciennes de jazz qui conquirent le public avec leurs standards de jazz revisités. Le pianiste cubain Roberto Fonseca (Buena Vista Social Club) interpréta le répertoire de son nouvel album Abuc. Une belle exploration de son ile natale à travers un voyage musical inépuisable.

nice jazz festival 2017

Ibrahim Maalouf ©Ville de Nice

Hommage aux femmes du monde entier

Le 18 juillet sur la Scène Masséna, l’infatigable trompettiste, Ibrahim Maalouf, dont c’était le dernier concert d’une longue tournée entamée il y a presque deux ans, suite à la sortie de son album Red and Black Light, continua de faire voyager le public au fil de ses inspirations et influences multiples. Entouré d’une équipe quatre étoiles, Ibrahim Maalouf nous plongea, avec des sons électriques teintés d’accents rock, dans un superbe hommage aux femmes du monde entier.
Sur la même scène, à 20h, le groupe Con Brio a déchaîné les foules. Le chanteur Ziek McCarter, tout de rouge vêtu, a enchaîné les titres funk et soul, tout en dansant et sautant sur scène. Ce septuor en provenance de San Francisco incarne l’un des plus beaux fleurons de la soul et sans aucun doute l’une des plus belles découvertes de cette édition. Puis ce fut au tour de Laura Mila de monter sur scène. D’emblée, elle séduisit les foules avec son charisme et sa voix puissante. Entourée de ses musiciens, elle a présenté son nouvel album aux accents hip-hop et aux influences électro et rock. Une réelle présence sur scène qui a conquis le public niçois.

nice jazz festival 2017

Youn Sun Nah ©Ville de Nice

Au Théâtre de Verdure, en début de soirée, le saxophoniste Samy Thiébault entouré d’artistes talentueux, nous fit découvrir sa musique, à la croisée des mondes et des influences.
Le contrebassiste Christian Mobride et son trio New Jawn, au répertoire réjouissant et jubilatoire, fut une belle entrée en matière pour la chanteuse Youn Sun Nah. La Sud-Coréenne interpréta les titres de son nouvel album sorti au mois de mai 2017. Pour ce live, la star du jazz vocal en Europe, était accompagnée par quatre musiciens américains rencontrés lors d’un séjour à New York. Un nouveau groupe avec lequel elle a travaillé pour ses récents projets: reprises, compositions personnelles et morceaux traditionnels réarrangés.

nice jazz festival 2017

Mary J. Blige ©Ville de Nice

Mary J. Blige: une reine en jean et perfecto

Le 19 juillet sur la Scène Masséna, l’américaine Mary J. Blige fut sans conteste la reine de cette troisième soirée du Nice Jazz Festival. Vêtue d’un short en jean et d’un perfecto, elle allia des tonalités hip hop, soul et de rap. Entre deux chansons, elle s’adressa longuement au public, dans des discours aux accents  féministes. Après avoir interpréter des extraits de son nouvel album dont le  titre phare Strength of a Woman, elle termina en beauté le concert avec le mythique One de U2 qu’elle avait déjà chanté sur scène avec Bono puis No More Drama, qui compte tant pour elle et qu’elle interprète comme habitée.

nice jazz festival 2017

Cory Henry ©Ville de Nice

Enfin, la très attendue Family Affair marqua la fin de la soirée. Avant la diva de la soul, le public eut la chance de découvrir une musique oscillant entre rap, hip hop et gospel interprété par Sir The Baptist, adoubé par Jay Z. Au Théâtre de Verdure, c’est l’organiste, chanteur, pianiste, compositeur, Cory Henry accompagné de ses Funk Apostles qui revisita les classiques de la soul et du funk avec une énergie folle. Les ombres de Jimmy Smith, Marvin Gaye ou encore Prince ne furent jamais loin et l’invitation à la danse et à la communion fut lancée pour celui qui fut nourri au son du gospel dans les églises de Brooklyn.

nice jazz festival 2017

IAM ©Ville de Nice

IAM fait rythmer la langue française

Le 20 juillet sur la Scène Masséna, IAM, le plus grand groupe de l’histoire du rap français, fit rimer la langue française aux rythmes cadencé de ses plus grands tubes de l’album culte L’École du Micro d’Argent. En première partie de programme, le Britannique Seramic nous a embarqué avec sa voix ensorcelante dans une belle découverte musicale. Le groupe Deluxe, composé de cinq musiciens moustachus accompagnés de leur chanteuse Liliboy, apportèrent ensuite une bouffée de fraîcheur avec leur recette musicale unique, un mélange de hip-hop, de funk et de pop cuivrée.

 

 

nice jazz festival 2017

Daniel Freedman ©Ville de Nice

Au Théâtre de Verdure, changement de programme avec la légende du jazz et membre historique du groupe des Jazz Epistles, Abdullah Ibrahim, accompagné sur scène du grand trompettiste et compositeur originaire de la Nouvelle-Orléans, Terence Blanchard, qui clôtura en beauté la quatrième soirée du Nice Jazz Festival. Auparavant, le pianiste le plus influent de sa génération Shai Maestro Trio interpréta des morceaux de son nouvel album et le batteur Daniel Freedman fit partager ses expériences musicales dans un voyage musical au long cours.

nice jazz festival 2017

-M- ©Ville de Nice

Lamomali, L’aventure Malienne de -M-

Le 21 juillet sur la Scène Masséna, la soirée commença avec la pépite du jazz californien Khadja Bonet. Ensuite, Myles Sanko créa la surprise avec son soul crooner londonien. Sa voix  chaleureuse et ses compositions rappelant les grands moments de la soul music interprétée dans les années 70 par Marvin Gaye ou Gil Scott Heron. L’accompagnement d’un groupe funky fut une belle découverte.
Enfin, place fut donnée au très attendu Mathieu Chedid alias -M- et à son voyage à travers la black music pour clôturer ce Nice Jazz Festival 2017. L’artiste doué, créatif et talentueux, emmena le public dans un passionnant voyage entre Paris, Bamako et le reste du monde avec Lamomali. Accompagné du plus grand joueur de kora du monde, Toumani Diabaté, – M- nous pris par la main pour nous faire découvrir sa vision musicale du mélange des cultures, les musiques et les âmes. Cette expérience musicale se conclua sur un Machistador enlevé à la puissance dix.

nice jazz festival 2017

Ricky Washington ©Ville de Nice

Ricky Washington, découverte majeure du Festival

De l’autre côté, sur la scène du Théâtre de Verdure, le grand vainqueur du Tremplin Nice Jazz Festival 2015, le groupe Spirale Trio interpréta son jazz mélodique et actuel. Place ensuite au saxophoniste ténor et contrebassiste Henry Texier et à ses Sky Dancers 6 interprétant une musique passionnante, riche et complexe, avec des envolées lyriques des cuivres et de la guitare. La musique dédiée aux Indiens d’Amérique du Nord et du Sud avec des titres comme Lakota ou Hopi fut une belle invitation au voyage. Enfin, il était temps d’écouter celui qui pour beaucoup restera la découverte majeure du festival 2017, le californien Kamasi Washington. Accompagné de son père Ricky Washington au saxophone soprano et à la flûte, le géant débonnaire arriva sur scène vêtu d’une grande tunique africaine. Dès le premier morceau, le Californien emporta le public dans un délire de sons puissants qui emportèrent tout sur leur passage. Enfin, le pianiste du groupe, Brandon Coleman exécuta un groove très funky au synthétiseur, appuyé par les frappes conjuguées des deux batteurs, et le jeu très rythmique du bassiste. Un concert tout simplement magique qui prouva la vigueur et le renouvellement éternel de la Great Black Music.

nice jazz festival 2017

Deluxe ©Ville de Nice

Proclamation des gagnants du Tremplin du Nice Jazz Festival

La soirée se termina avec la proclamation des gagnants du Tremplin du Nice Jazz Festival, co-organisé par la Ville de Nice et Imago records & Productions. Le gagnant Jef Roques Quartet sera programmé lors de l’édition 2018 et bénéficiera d’une première partie dans une des salles de concert de la ville. Le prix du public fut remporté par le quartet de Noé Zagroun, qui se verra programmé au Off du Nice Jazz Festival.
Pour installer les scènes du Nice Jazz Festival, 3 600 heures ont été nécessaires pour mettre en place la logistique son et lumières dans les jardins Albert 1er et seulement 1 800 heures pour le démontage. Une prouesse technologique incomparable du fait que la ville de Nice accueillait le 23 juillet, la célèbre course Iron Man.

www.nicejazzfestival.fr

Nice Jazz Festival 2017 en images

Cliquer pour agrandir – ©Ville de Nice – Tous droits réservés

Please share with your friends - Sharing is caring

Nice Jazz Festival, Tout Pour la Musique was last modified: August 14th, 2017 by tamel

Leave a Comment